Difunta Correa et Gauchito Gil

Publié le par Christiane

Nous ne pouvions parcourir les routes d’Argentine, en ignorant deux personnages importants dans la vie des argentins

Un nombre important de sanctuaires jalonnent les routes et pistes,

Les sanctuaires les plus nombreux sont ceux de la Dufunta Correa et Gauchito Gil

Difunta Correa et Gauchito GilDifunta Correa et Gauchito Gil

Difunta Correa :

D’après la légende, pendant les guerres civiles des années 1840, Deolinda Correa suivit à pied, les déplacements du bataillon dans lequel était enrôlé son mari, maladif. Elle transportait des victuailles, de l’eau et surtout … son bébé. Une fois qu’elle eu épuisé ses provisions, la faim, la soif et la fatigue eurent raison d’elle. Lorsque les muletiers trouvèrent son cadavre, ils découvrirent que le bébé tétait toujours le sein de sa mère morte.

La difunta  Correa n’est pas une sainte au sens strict, mais plutôt une « âme », qui accomplit des miracles. La survie de son fils est le premier de la longue série de miracles qu’on lui a attribués.

Les chauffeurs de camions sont particulièrement fervents. De la Quiaca (frontière bolivienne) à Ushuaia (Terre de Feu) on voit  partout le long des routes de petits autels dédiés à la Difunta Correa, à côté desquels sont posées des bouteilles d’eau censées étancher sa soif.

Difunta Correa et Gauchito GilDifunta Correa et Gauchito Gil

Gauchito Gil

Sanctuaire entouré de drapeaux rouges et d’offrandes diverses, ces sanctuaires rendent hommage à Antonio Gil, une sorte de Robin des Bois. Il naquit en 1847, et rejoignit l’armée lors de la guerre de la triple alliance (1865 /1870) selon certains pour échapper à la fureur d’un policier dont la fiancée était tombée amoureuse de lui.

Une fois la guerre finie, Gil refusa de rejoindre l’armée fédérale et déserta avec deux autres soldats. Les trois hommes errèrent dans les campagnes, volant du bétail à de riches propriétaires  pour le partager avec de pauvres villageois. Rattrapé par la justice, Gil fut pendu par les pieds à l’arbre qui se dresse encore près de sa tombe, puis décapité.

Juste avant sa mort, Gil révéla au bourreau  que son fils était gravement malade et que s’il l’enterrait (contrairement au sort réservé aux déserteurs) son enfant guérirait.

Après l’avoir décapité, le bourreau découvrit que son fils était effectivement très malade. Le bourreau retourna alors sur le site de l’exécution  et enterra le corps de Gil. Son fils guérit rapidement, l’histoire se répandit et la légende naquit .

Quant vous passez en voiture devant un sanctuaire, vous devez klaxonner pour éviter des problèmes sur la route ou de ne jamais arriver à destination

 

Difunta Correa et Gauchito GilDifunta Correa et Gauchito Gil

Publié dans Argentine

Commenter cet article

Marie 04/01/2015 18:56

Pour 2015, je vous souhaite encore des milliers de découvertes aussi intéressantes et bien sûr la pleine forme pour cette nouvelle année.
Bises
Marie

Noëlle 04/01/2015 17:37

Meilleurs voeux pour 2015 bonheur santé continuez à nous faire profiter de vos belles aventures
Bizzzz Noëlle et Hervé

jean paul 02/01/2015 18:04

mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année santé bonheur et surtout bonne route savourez !!

Sylvette et Luc 13/12/2014 23:25

Et vous avez klaxonné ?! Bonne route !

claudie 13/12/2014 16:23

intéressant de découvrir un aspect "culturel populaire" que de bouteilles d'eaux j'espère que vous en avez placée une pour la suite des aventures